La masturbation et les sextoys : quels peuvent être les risques sur la santé sexuelle ?

0

Les hommes ont utilisé les jouets sexuels depuis la nuit des temps. Si auparavant ils ont été faits de bois et d’autres matières rigides, aujourd’hui les sextoys sont conçus dans des matières plus souples et douces pour fournir le plaisir tant recherché par ses utilisateurs. Cependant, il existe certains risques liés à leurs utilisations, leur fabrication impliquant certaines matières toxiques. Un petit tour sur les risques d’utilisation de sextoys sur la santé sexuelle.

Sextoys et utilités

Les jouets érotiques permettent d’obtenir rapidement et facilement un orgasme clitoridien ou vaginal. Selon leur modèle et leur type, les sextoys s’utilisent manuellement, se place au niveau des zones érogènes pour les stimuler davantage afin de procurer les plaisirs sexuels. La plupart du temps, ils sont principalement utilisés pour la masturbation, que ce soit en solitaire ou avec son partenaire.

Cependant, certains jouets érotiques sont aussi conçus pour augmenter le plaisir ressenti lors des rapports, comme avec les anneaux péniens et les gaines à pénis. Par ailleurs, ils sont aussi employés dans le traitement de certains troubles sexuels et principalement dans le traitement des dysfonctions sexuelles féminines.

Les risques liés à l’utilisation des sextoys

Si les sextoys sont reconnus en tant qu’objet de plaisir, ils restent toutefois des objets, même pouvant être animés par des vibrations et des rotations. Ce qui fait qu’il manque en ces objets la chaleur humaine. Une utilisation trop fréquente peut ainsi induire à une addiction qui rendra l’utilisateur moins sensible aux contacts humains.

Au niveau de l’hygiène, l’utilisation de sextoys requiert également d’importantes précautions, telles que le nettoyage après chaque utilisation avec du savon antibactérien et de l’alcool. Il est aussi recommandé de ne pas user du même jouet érotique pour une pénétration anale et vaginale ou passer de l’anus au vagin avec un seul sextoys.  Tout ceci, afin d’éviter d’avoir des infections du genre vaginites et cystites.

La masturbation : savoir les limites

Vous n’avez pas besoin d’un expert pour vous dire que le sexe en solo nous permet de nous sentir aussi bien, soulage le stress et constitue un formidable aide au sommeil. Cependant, une masturbation fréquente ou trop vigoureuse peut irriter la peau du pénis. Ce que l’on sait moins, c’est que se masturber habituellement en poussant contre un drap, un oreiller ou même un tapis peut blesser l’urètre. Les spécialistes disent avoir vu des masturbateurs avec un traumatisme de l’urètre si grave qu’ils ne peuvent plus utiliser un urinoir et doivent uriner en position assise.

Dans certains cas extrêmement rares, la masturbation et les rapports sexuels avec le partenaire peuvent provoquer une fracture du pénis. Cette dernière entraîne une déchirure dans la tunique albuginée. En plus, le tissu blanchâtre entourant les couches spongieuses du pénis est endommagé lorsqu’un pénis en érection frappe un objet dur ou est forcé de descendre. Un cas qui se termine souvent avec une intervention chirurgicale.

La masturbation peut donner une impulsion à votre vie sexuelle ou la détruire

Pour diverses raisons, le sexe en solo peut être un véritable avantage sexuel avec votre partenaire. Cela aide à apprendre aux hommes de bien connaître son désir sexuel, ce qui leur fait du bien afin qu’ils puissent mieux expliquer à leurs partenaires à quel point et dans quel endroit ils aiment être touchés. Il est vrai que la masturbation aide les hommes à apprendre à reconnaître le «moment d’inéluctabilité» juste avant l’orgasme et à apprendre à éviter l’éjaculation précoce. Peut-être le plus important, c’est un excellent mécanisme d’adaptation pour tout homme dont le partenaire est temporairement indisponible pour des raisons sexuelles ou des maladies, cependant l’utilisation excessive peut nuire votre santé sexuelle.

Bien sûr, certains hommes deviennent tellement obsédés par cette pratique, qu’ils commencent à perdre tout intérêt à avoir des relations sexuelles avec leur partenaire. Les sentiments de souffrance et d’aliénation qui en résultent pour un partenaire peuvent rendre difficile le maintien de la relation.

La relation entre la masturbation et le cancer de la prostate est un peu floue

Une étude australienne de 2003 publiée dans le BJU International a établi un lien entre l’éjaculation fréquente et la réduction du risque de cancer de la prostate par la suite. Mais dans une étude de 2004 publiée dans le Journal of American Medical Association, un chercheur a rapporté que « la fréquence de l’éjaculation n’est pas liée à la masturbation.

Certaines personnes craignent de se masturber trop souvent. Si cette pratique empêche la personne de se rendre à l’école, de travailler, de rester avec des amis ou en famille. Dans ce cas, la masturbation devient un problème grave. Certaines personnes se masturbent plus d’une fois par jour, d’autres se masturbent de temps en temps et d’autres ne se masturbent jamais. Toutes sont tout à fait normales.

 

Share.

About Author

Leave A Reply