Les différentes causes de la calvitie

En France, la calvitie touche un homme sur deux. Mais bien que cela reste rare, elle concerne aussi les femmes. Les facteurs provoquant la perte de cheveux sont nombreux et dépendent entièrement du capital génétique et de l’hygiène de vie de la personne. Dans tous les cas, il convient d’agir au plus vite dès l’apparition des premiers signes. Mais pour trouver le traitement adapté, il faut bien analyser les causes.

Les facteurs favorisant la calvitie chez l’homme

Il est tout à fait normal de perdre en moyenne 50 à 100 tiges capillaires par jour. Toutefois, quand cette perte s’aggrave, cela signifie que l’on chemine vers la calvitie. Mais avant de chercher ou d’appliquer un traitement particulier, il faut en comprendre les causes qui peuvent provoquer la chute de la chevelure.

Généralement, la calvitie est héréditaire. Mais contrairement aux idées reçues, ce n’est pas le patrimoine génétique paternel qui influence la perte de cheveux, mais plutôt les gènes de la mère. Par ailleurs, d’autres facteurs peuvent aussi être en cause. En effet, dans 40% des cas, l’alopécie est entrainée par un excès d’hormones.

Enfin, le stress intense, le traumatisme, la prise de certains médicaments ou bien les maladies cutanées peuvent également être cités. Avant d’entamer tout type de traitement, il est donc conseillé de s’adresser préalablement à un médecin pour connaitre les causes et la phase de la calvitie.

Les facteurs favorisant la calvitie chez la femme

Les hommes ne sont pas les seuls à être touchés par la perte de cheveux. Les femmes aussi sont concernées. D’ailleurs, elles vivent cette situation plutôt mal.

La calvitie est toutefois moins fréquente chez la gent féminine et se présente davantage sous forme d’alopécie. En d’autres termes, les cheveux deviennent plus clairsemés, mais le crâne ne sera jamais complètement dégarni. Les causes de la chute de la chevelure sont multiples. Les dérèglements hormonaux demeurent parmi les facteurs les plus récurrents. Ils sont souvent liés à diverses périodes de la vie d’une femme, comme la puberté, la grossesse et surtout la ménopause. L’arrêt définitif des menstruations entraine en effet une chute de la concentration en œstrogènes. En revanche, la sécrétion des hormones androgènes reste constante. Ce déséquilibre provoque des effets plus ou moins néfastes pour la chevelure.

D’autres facteurs peuvent aussi être en cause, notamment le stress, la carence en nutriments ou encore l’affection cutanée. Enfin, il se peut également que l’alopécie soit purement héréditaire.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *