Les idées préconçues sur les régimes

0

Lorsque l’on parle régime amincissant, faim, privation et frustration sont souvent évoquées. Pourtant tous les régimes ne sont pas ainsi. Il est en effet possible de manger de tout, à condition de limiter les quantités. Il est parfois dit que plus on mange plus on a faim et ce, à cause de la dilatation de l’estomac. L’inverse est aussi vrai. Zoom sur les préjugés des régimes et comment montrer qu’ils sont parfois faux.

L’occasion de (re)découvrir la cuisine

Perdre du poids tout en restant en bonne santé n’est pas si difficile que ce que l’on pense. Il faut pour cela limiter les plats tous préparés, même lights (bourrés d’amidon !) car l’on y insère souvent des additifs et du sucre pour donner du goût et de la conservation. L’idéal lors d’un régime, c’est de se préparer soi-même ses repas. Cela permet de savoir exactement quels ingrédients vous avez dans votre assiette, choisir ceux qui vous font plaisir (ex : certains types d’épices) et peut inciter à apprendre à cuisiner.

Autre avantage : cuisiner prend certes du temps, mais vous permet d’économiser car il revient dans la plupart des cas moins cher d’acheter les ingrédients à la pièce et de les concocter que de prendre des plats tous faits. C’est aussi par ailleurs l’occasion de découvrir et tester plusieurs recettes inconnues ; cela ne fonctionnera peut-être pas à chaque fois mais peut être l’origine de l’invention d’une recette atypique mais diététique et goûteuse !

La monotonie alimentaire souvent associée aux régimes peut donc être largement contournée tant la variété d’ingrédients diététiques (ne serait-ce que les fruits, légumes ou viandes maigres) sont facilement à disposition.

Le manque de motivation pour suivre un régime

C’est souvent le manque de motivation qui pousse les gens sous régime à abandonner ce dernier au bout de quelques jours, semaines ou mois. Pourtant, il existe plusieurs techniques qui permettent d’aider à tenir le régime jusqu’au poids ou à la silhouette souhaitée (en restant raisonnable !).

Cuisiner, et prendre goût à cette activité est déjà un bon début. Une autre technique consiste à avoir quotidiennement sous les yeux, une photo de la silhouette souhaitée. Il peut s’agir d’une photo de soi-même avant la prise de poids, d’une célébrité (attention aux mannequins, souffrant souvent d’anorexie), d’une connaissance…l’aspect visuel compte en effet peut-être autant que l’aspect gustatif car il influe sur le psychisme et le bien-être.

Entamer un régime à deux voire plus peut être également source de motivation : afin de « suivre l’autre » (généralement un proche), la motivation à manger moins et/ou plus diététique est renforcée, sans mourir de faim pour autant. Qui plus est, il est possible de surveiller mutuellement ce que l’autre mange voire même préparer des plats diététiques ensemble.

Un régime peut être mauvais pour la santé et créer des carences

Enfin, l’aspect santé n’est pas à négliger : le surpoids entraîne en effet des complications à bien des niveaux (cardiovasculaires, respiratoires, psychologiques…) et manger sain permet de garder non seulement la ligne mais également une bonne santé. Attention donc lors d’un régime de ne pas se créer de carences et de manger équilibré.

C’est d’ailleurs pour cela que le docteur Jean-Michel Cohen par exemple, emploie souvent le terme « rééquilibrage alimentaire » plutôt que « régime » pour évincer les clichés évoqués au cours de cet article. Le médecin souhaite en effet proposer « un programme sans danger pour l’organisme, fruit d’années de réflexions comme d’études des innombrables travaux publiés dans le monde sur la question. »

Il s’agit donc d’apprendre à bien manger et non pas se priver constamment des aliments que l’on aime déguster. En effet, certains régimes, il faut bien l’avouer, créent des carences pour l’organisme en ne préconisant que de manger un certain type d’aliments comme les régimes hyperprotéinés. Certes efficaces sur le court terme, ils ont pour réputation de provoquer un « effet yoyo » c’est-à-dire la reprise du poids perdu une fois le régime terminé.

En d’autres termes, après plusieurs semaines, mois voire années d’efforts, tout est perdu et la santé en a fait les frais. Il convient donc d’apprendre à bien manger en cuisinant des plats divers et variés, tout en sachant se faire plaisir de temps en temps de façon raisonnable (un pain au chocolat par semaine et non tous les jours par exemple).

Pour maigrir, il faut s’affamer

S’il est vrai que la dépense énergétique doit être supérieure à la consommation calorique quotidienne, il faut faire attention à ne pas tomber dans les excès. Autrement dit, il faut savoir écouter son corps. Si l’on fait du sport par exemple, l’on peut se permettre de manger un peu plus (mais toujours équilibré) que lorsque l’on est sédentaire.

L’objectif d’un régime reste de perdre du poids à son rythme et non de tomber malade ! C’est pourquoi certains nutritionnistes dont Jean-Michel Cohen ou Paule Neyrat, diététicienne proposent différents types de régimes adaptés à la morphologie de chacun en termes de calories.

Par ailleurs, un régime n’est pas forcément constant: il est difficile de compter la consommation à la calorie près ! Certains jours la consommation sera par exemple de 1000 calories, d’autres à 1400…mais si au final la moyenne de la semaine ou du mois est de 1200 calories (exemple d’un objectif régulièrement fixé), alors pas de problèmes avec ce régime, du moment que le mode d’alimentation reste sein, équilibré et non-frustrant.

En d’autres termes, les régimes s’adaptent parfaitement aux modes de vie actuels, comme l’indique Jean-Michel Cohen, nutritionniste français, à travers ses différents ouvrages proposant de nombreuses recettes. L’important est de faire preuve de motivation sur le long terme et se (re)mettre à préparer ses bons petits plats.

Share.

About Author

Leave A Reply