Comment soigner une embolie pulmonaire ?

Chaque année environ 100 000 personnes sont victimes d’une embolie pulmonaire et une personne sur 10 décède. Cette maladie est la troisième cause de mortalité vasculaire après l’infarctus et l’AVC.

Une embolie pulmonaire est une occlusion partielle ou complète d’une artère des poumons par un caillot de sang. Les facteurs de risque sont nombreux et les symptômes sont généralement soudains. D’après les chiffres environ 10 000 personnes sont victimes d’une embolie pulmonaire chaque année.

L’embolie pulmonaire : les causes, les symptômes et comment réagir ?

Une embolie pulmonaire  se manifeste par une obstruction d’une artère pulmonaire ou une de ses branches par caillot de sang. De manière générale le caillot se forme à cause d’une phlébite dans une jambe, ou parfois dans un bras, puis il se détache et se déplace dans la circulation des veines vers le cœur. Le cœur propulse le caillot à chaque contraction, vers les artères pulmonaires, dans lesquelles il finit par rester bloqué. Lorsque le caillot est petit, cela endommage les poumons. Mais s’il est plus grand, il peut empêcher le sang de circuler dans les poumons et entraîne directement la mort.

Les symptômes sont multiples et variables. De la simple petite douleur,  à la détresse respiratoire importante. Tout peut se voir. Les signes les plus fréquents sont la dyspnée ou difficulté respiratoire liée au degré d’amputation pulmonaire plus l’embolie est grave et bouche un gros vaisseau, plus la personne a du mal à respirer. La douleur thoracique, généralement basi-thoracique, l’hémoptysie, c’est-à-dire un crachat lors de sang couleur rouille lorsque le patient tousse. Elle se manifeste aussi par tous signes de mauvaise tolérance cardiaque comme une tachycardie, un malaise, une chute de tension… ces symptômes sont accompagnés d’une douleur à la jambe, rouge et parfois gonflée (de la  phlébite). Tous ces symptômes peuvent être isolés.

L’hospitalisation est incontournable dans le cas d’une embolie. Pour faire un bilan et un traitement optimal avec surveillance et contrôle pour éviter les complications. Le malade est mis sous oxygène et pour éviter l’apparition de nouveaux caillots et l’extension des caillots déjà présents. Dans les cas les plus graves, une opération chirurgicale peut être effectuée.

Le traitement anticoagulant est le traitement de base des embolies pulmonaires. L’anticoagulant permet de traiter de manière satisfaisante la majorité des malades présentant une embolie pulmonaire sévère. Devant des signes suspects d’embolie pulmonaire et en dehors de contre-indication absolue, le traitement anticoagulant est très efficace. Ce traitement est prescrit par une injection sous-cutanée d’une héparine de bas poids moléculaire, à dose curative. Ensuite un traitement court est préconisé par héparine de bas poids moléculaire sous cutanée ou par héparine non partagées ou par fondaparinux d’une durée de cinq jours

Un traitement par anticoagulants oraux sera prescrit rapidement dès le premier jour avec les anticoagulants injectables. Ces deux traitements peuvent être utilisés ensemble sans danger. Cette association des deux traitements est une phase importante de la prise en charge thérapeutique.

Même après guérison, le patient devra prendre des anticoagulants durant plusieurs semaines voire à vie.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *